LA MAISON DU MALOYA est sur les rails !!!

Par défaut

Après des années de travail, je suis heureux de vous annoncer que La Maison du Maloya verra le jour l’année prochaine à St Pierre. Enfin »si bondié na pitié »!!!!

Nous suivrons les pas de nos cousins brésiliens et martiniquais … qui eux ont compris depuis longtemps l’intérêt de sauvegarder et promouvoir la culture de leur payslogo MDM

Publicités

LES SEGA / MALOYA Z’élection lontan « le temps béni du floklore électoral « 

Par défaut

Séga z’élections :

Autrefois , tout comme aujourd’hui, les élections à la Réunion sont une période folklorique à souhait. Que voulez-vous, le réunionnais ne ce réinvente pas !

Les « militants » de chaque partis, ce que l’on appelait autrefois les nervis et les pétroleuses, jouent de leurs voix et de leurs présence physique pour « mèt’ an lèr » leur candidat.

Dans le temps chaque grande réunion politique était l’occasion de boire du rhum à plus soif et de manger de la viande grillée « généreusement » offert par le candidat qui brigue son énième mandat  » au service du peuple » sic!

Les chansons de moqueries fleurissaient de partout et chaque candidat avait sa propre chanson officielle ( un séga de préférence) pour venter ses mérites « quasi-divin ».

D’un côté politique on pouvait entendait les orchestre cuivre ou quelques « védète péï » et de l’autre côté on entendait les groupes de maloya « cominisse »

images

La mémoire populaire a gardé quelques refrains comme ce qui suivent:

l’air dit « loxor » depuis fort longtemps est un air de conspuation des perdants lors des campagnes électorales d’autrefois dans l’île. Il fait parti d’une série de refrain populaires dont nous vous offrons un florilège:

  • Untel* lé mort ,

          Untel lé mort,

         Untel lé mort ,

        la tête en bas la bougie dann ki !!!

*le nom du perdant

  • « koman twé la fé ton ton compte untel ? (ici le perdant )

         la coupe la manqué !!!

        untel la dit , untel la fé , li la remporté !! (ici le vainqueur)

  • saute comment tu veux untel (le perdant)

        sa untel ton maît’ (le vainqueur)

Il a existé aussi aux dires de vieux informateurs du Sud ,une chanson d’éloge au candidat vainqueur ou prétendant à la victoire.

Dans les années 1940 on pouvait entendre :

Si la pa Untel**

nou maladé

nou maladé

a nou maladé !!!

** le nom du candidat / Cet air est arrivé jusqu’à nous par le biais des militants du Parti Communiste Réunionnais.

  • oté monsieur X dopi lontan ti koné pa nou

         lo zour zélection ti fane larzan po anbète anou

  • viré viré X la pa son larzan wa rèt anou x 2
  • alon fé lunion kamarade ,a lon triomphé , la min dann la min po nou arassé nout lotonomie

pcr

LES ALLEMANDS « ZALMAN » dans le maloya

Par défaut

Zalman ( les allemands)

Ils apparaissent dans plusieurs chansons populaires réunionnaise :

  • « mon li lit , mon l’armoire

mèt pa sa si bateau zalman »

  • « oté sa lé parèy

oté sa lé parèy

oté sa lé parèy pavillon zalman »

  • « mwin la monte lao piton fougère

mwin la tandi in ronfléman

alé war …. si bato zalman »

  • « mi doubout sominé granbwa

bato zalman fé amwin signal

son zénératèr i domann dolo »

  • « donn amoin mon fizi mon kanon

wa lala mi sava la gèr zalamn momon »

Ils apparaissent même dans les chansons rituels :

  • chanteur : donn ali dé kalou pilon

choeurs : zalman

  • chanteur : donn ma piké

choeurs : zalman la !

220px-Bundesarchiv_Bild_105-DOA3002,_Deutsch-Ostafrika,_Kreuzer_Königsberg

Les allemands semblent avoir terroriser les réunionnais pendant la période de la Grande Guerre surtout avec leur croiseur le Königsberg qui semait la terreur dans toute la zone Océan Indien à l’époque. Le fameux croiseur allemand avait pour mission de s’emparer de toutes les richesses des alliés et de faire blocus sur leurs colonies.

LA SECONDE GUERRE MONDIALE DANS LE MALOYA

Par défaut

Abzeichen_Festungstruppen_Maginot-Linie

La Seconde Guerre Mondiale

La ligne maginot :

du nom du ministre de la Guerre André Maginot, est une ligne de fortifications construite par la France le long de ses frontières avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie de 1928 à 1940.

Le terme « ligne Maginot » désigne parfois le système entier, mais plus souvent les seules défenses contre l’Allemagne (c’est-à-dire celles du théâtre d’opérations du Nord-Est), tandis que les défenses contre l’Italie sont appelées « ligne alpine » (dans le théâtre d’opérations du Sud-Est). À ces deux ensembles s’ajoutent les fortifications de la Corse, de la Tunisie (la ligne Mareth) et d’Île-de-France (la ligne Chauvineau). Le pendant allemand de la ligne Maginot est la ligne Siegfried.

Avec le temps, l’expression « ligne Maginot » est devenue un synonyme d’une défense qu’on croit inviolable, mais qui se révèle totalement inutile.

Dans les maloya anciens on parle de la ligne Maginot :

Exemple sudiste : ( Batis Kabaré)

  • « La guerre la lévé

dann pays mon papa

mwin la parti po war

dann kanal mazambik

koman torpyiaz la torpyi amwin »

alé pa laba Razou

non alé pa laba

alé pa laba

la line mazino sa lé danzéré »

Exemple de L’Est : (Granmoun Lélé)

  • « Mi sava an Sine, balote fanm sinwa

kanal mazanbik koman mon bato lété torpyié »

« mwin mi doubouté

dési la line mazino

mi gèt koté dan-O

koté dan-ba

koman momon -la tyinbo kilomèt »

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE DANS LE MALOYA

Par défaut

La Première Guerre Mondiale

Un nombre important de réunionnais ira combattre les allemands et leurs alliés pour sauver la Mère Patrie pendant la première guerre mondiale. C’est à cette période que né un profond sentiment patriotique sur l’ensemble du territoire français.

En dehors des monuments aux morts érigés à la mémoire des enfants de notre île tombés au combat et quelques publications de diverses sociétés savantes, nous n’avons que peut de souvenirs issus de la classe populaire.

En cette année de commémoration du centenaire du début de la grande Guerre nous voulons corriger cet oubli par la publication de cette chronique.

En effet, il existe des photos d’anciens poilus qui sont précieusement gardées par les familles, des vieilles décorations et diplômes militaires qui prennent gentiment la poussière dans les armoires, mais qu’en est-il des récits écrits ou oraux de cette douloureuse épreuve ?

Deux chansons dans le style de l’école Saint-Pierroise des Lagarrigue-Viry nous apportent de précieux témoignages.

Loxor et séga Saint-Gilles qui parlent de la première guerre mondiale et des batailles du Front de l’Est plus précisément, la bataille des Dardanelles et celles de Bulgarie.

dardanelle_2

Extrait de séga Saint-gilles :

Cette chanson n’existe pas sur support commerciale

«  mi veux marier, moin la pa capab’

mon cœur i fé mal , mi pense mon marmaille dans Dardanelles. »

« Je voudrai bien me marié mais je ne peux pas, mon chéri est loin de moi il est dans les Dardanelles. »

C’est Henri Lagarrigue ( 1916-2002) grand moringèr et maloyèr de son temps qui a transmis ces chansons populaire à ses enfants ( Simon, Yvrin, Alain,Céline,Christiane …)

dm_ancien_6

EXPLCATION TEXTE : LOXOR

Par défaut

Louqsor+NH

LOXOR

Dans cette chanson, l’interprète parle de la douleur qui est la sienne en quittant sa bien-aimée pour aller faire la guerre. Il a pour seul souvenir d’elle un mouchoir sur lequel elle a gravé ses initiales dans les quatre coins, comme il était de coutume à l’époque en gage d’amour entre les tourtereaux. L’interprète parle aussi du fait que les soldats « ti noir » servent de chair à canon.

Loxor :

Celle que mi regrette,

quitte mon marmaille* dans la Réunion

li la fait ti mouchoir

la marque mon nom dans les quat’ coins !

Ah Loxor , i sava

ah Loxor i sava,

ah Loxor i sava

marmaille gaillard va coupe de l’eau

Bonsoir Paula

Bonsoir Pauline

Mi sava po la Bulgarie

quand z’obus và tombé

nout’ marmaille va pleure po nous.

Zot la dit bulgare lé mauvais

amoin même ti noir

fou pas mal !

Quand mitrailleuse va pété

zot va mett’ créole en avant.

* ancien terme affectueux désignant l’élu de son cœur au début du XXème siècle

Cette chanson a été enregistré à trois reprises :

la première fois en séga par Céline Viry et sa sœur Josiane probablement à la fin des années 1970

en version maloya toujours par Céline Viry sur Bourbon Maloya en 1998 et sur Le Maloya / Label Ocora la même année.

R-7097096-1433663664-2046.jpegocora61dW1HHQekL._SL500_AA280_

TEXTES ANCIENS : TI KRI AMWIN ANIN / DIMANCHE GRAND MATIN ( FIRMIN VIRY)

Par défaut

R-3531566-1334127388.jpeg

TI KRI AMWIN ANIN

lélélé lé lélé laï la lé lala la …

ti kri amwin anin bel manman

mi kri atwé Aka

mé koté navé pwin domoun

ti rod manièr po gat’ mon ménanz

aminn amwin laba bann manman

aminn amwin laba

aminn amwin laba

po nou gèt ti marmay la

mon papa la bandone amwin

kit amwin vèk mon manman

la mizèr mwin la po pasé

li wa trouv in fason po li sony amwin

lalala la lala laï la la lala la …

amwin minm zanfan la mizèr

mi pran pa la kolèr

mi manz pa tout’ lèr mwin la fin

pétèt in zour nou sera éré

lalala la lala laï la la lala la …

DIMANS’ GRAN MATIN

dimans’ gran matin mwin lévé

sé pa ki kolèr la pri amwin

sé pa ki kolèr la pri amwin

mwin pran mon badine dan la min

la kaz mon manman mi sava

o ki koté mi sava ?

la kaz mon manman mi sava !

o ki koté mi sava ?

la kaz mon manman mi sava !

mwin ladi bèlmèr

oté mèl pa la dan

lèspri ton zanfan désou mon zoryié

fé roulé ti pé fé roulé

fé gété ti pé fé gété

kanal mazambik va rèt atwé

EXPLICATION DE TEXTE : ZINDYINN ZOLI

Par défaut

GRAMOUN SELLO

0H1oWXptvXBuPOLBDRJHyeBNyE0

ZINDYINN ZOLI

rythme maloya kabaré ternaire

Okilé la zindyinn zoli ?

Okilé donn na gèté !

Roz bontan okilé ?

Roz bontan nou vé war !

Soumayita bonbon lé dou

Soumayita donn na gouté !

Hilaire la marmay gayar

Wo Hilaire danse konm anou !

Sabouk la pété Tev’lav

dame la kri anba sin lé

Sak nou la di dann la kaz

la pa moyin fann sa dann somin

Série de refrains kabaré chantés par Gramoun Sello qui nous raconte ici le déroulement d’un bal kabaré/ bal maloya. Ces derniers étaient autrefois les seuls lieux de rencontre et de drague pour les ouvriers agricole des grands domaines agricoles.

On appel les femmes à entrer dans le rond du maloya

« Où sont les femmes habillées de leurs jolies pièces d’Inde ?

 Nous voulons les voir danser »

« Où est-elle la belle plante qui ouvrira le bal ?

Nous voulons la voir danser »

Une femme fini par ouvrir le bal

« Soumalita tu es belle à en mourir,

Soumalita j’ai envie de toi »

Devant ce spectacle sensuel, un homme qui n’est probablement pas un habitué du kabaré entre dans le rond

« Oui Hilaire est un bel homme,

Oui Hilaire danse comme nous »

Nous dansons oui, mais n’oublions pas

que nous devons retourner au travail car :

« le fouet claque sur la propriété du Tévelave

la Dame attend sa récolte à Saint-Leu »

Mais pour l’instant, laissons-nous aller !

« nous sommes à l’abri des regards dans cette maison

et ce qui s’y passe restera entre ses murs. »

EXPLICATION DE TEXTE : SOLEYE

Par défaut

GRANMOUN LELE

gramoune_lele_1600x1200_

SOLEYE
wi solèyé
a wi bann manman
la vil kanardèl Bwana
kok la santé bann manman
sizèr la soné mi sava
bobolom bobolom
si ma djinn djé manman si malélo
kabri nana rame
si ma djinn djé manman si malélo
koson nana rame
si ma djinn djé manman si malélo
kanar nana rame
si ma djinn djé manman simalélo
(Granmoun racontait l’histoire d’un comorien appelé Boina qui vivait dans la rue Leconardel à St Benoît. C’est suite à une soirée maloya animée par Granmoun chez cette personne que cette chanson serait née.)